Marché et tendances

Quels métiers dans les TP ?

Les travaux publics (que l’on appelle souvent les TP) concernent l’ensemble des infrastructures du domaine public, comme les voiries, les voies ferrées, les ouvrages d’art ou les terrassements. Ce domaine est donc particulièrement vaste et comprend de nombreux métiers dont voici les principaux.



Les métiers dans la construction

La principale main-d’œuvre des TP reste les ouvriers. On parle de constructeurs en voirie et réseaux divers pour les aménagements urbains, de loisirs ou pour des réseaux enterrés ; de constructeurs de routes pour ceux qui appliquent les différentes couches et les revêtements d’une route après son terrassement, et de constructeurs en ouvrages d’art pour les grands ouvrages.

Sur ces chantiers, électriciens, étancheurs, charpentiers métalliques et canalisateurs peuvent également intervenir. Ces postes nécessitent des formations relativement courtes (CAP, BEP) et sont très recherchés par les entreprises. Les perspectives d’évolution sont, en plus, nombreuses. Avec un peu d’expérience, il est possible de devenir ensuite chef de chantier, de projet ou chef d’équipe.

Les conducteurs


Comme dans tout chantier, les travaux publics ont besoin de transporter outils et matériels, mais nécessitent également des engins de manutention pour effectuer certains travaux. Les conducteurs de camion, d’engins divers et les grutiers sont donc particulièrement recherchés. Et qui dit machines, dit entretien de ces machines. Les TP ont donc également besoin de mécaniciens d’engins de chantier. Ces métiers nécessitent une formation technique solide, mais offrent, là encore, de belles perspectives de carrière.



Les experts des travaux publics

Les travaux publics ont leur lot de métiers demandant un cursus d’études plus long ou avec une expertise particulière. C’est le cas pour les architectes, les géomètres-topographes, les inspecteurs des travaux, les ingénieurs en génie civil et bien d’autres encore. Certaines formations, comme celle sur la recherche d’amiante avant les travaux, peuvent permettre de se spécialiser sans faire de longues études.

Le personnel dans les bureaux

Ce n’est pas parce qu’on travaille dans le domaine des travaux publics qu’on est forcément sur le terrain chaque jour. En effet, pour donner naissance à un projet, il faut du personnel dans les bureaux qui gère les documents administratifs, comme les Déclarations d’intention de commencement de travaux, ou DICT, lorsqu’un privé fait des travaux à proximité de réseaux publics par exemple. Mais il faut également des têtes pensantes, comme le géomaticien qui s’intéresse aux problématiques d’aménagement du territoire ou encore l’urbaniste qui travaille sur le plan d’occupation du sol ou sur l’élaboration de programmes futurs.