Candidat

Où travailler en tant que contrôleur qualité ?

Le contrôleur qualité a pour mission de mettre en correspondance les différents aspects d’un produit et les normes indiquées dans sa documentation. Dans ce métier, les exigences sont drastiques, mais les secteurs de recrutement nombreux.

Contrôleur qualité : le garant de la fabrication

En vérifiant et en attestant la conformité des matières premières et des pièces fabriquées, le contrôleur qualité s’adresse à un large panel de secteurs. Ceux-ci sont le plus souvent industriels. Le contrôleur qualité contribue à l’amélioration de la qualité tant des articles que des procédés. Il rédige des constats sur d’éventuels litiges et est l’intermédiaire entre le pôle conception et le pôle fabrication.

Pièce maîtresse de l’entreprise, il est celui qui observe, écoute, note et propose. C’est une profession stimulante pour laquelle l’offre est croissante grâce à l’évolution des techniques et du durcissement des normes. De niveau Bac +2 en début de carrière, cette activité évolue rapidement. Elle peut déboucher sur des postes à grande responsabilité.

Des secteurs de recrutement très divers

Si le métier de contrôleur qualité résulte de connaissances et de méthodologies spécifiquement encadrées, ses secteurs de compétence sont quasi illimités. On peut en effet exercer dans l’agriculture, l’alimentation, l’hygiène, la métallurgie, la pétrochimie, les secteurs de la construction… Ou bien encore dans les secteurs de l’automobile, du textile, du bois, du verre, de la porcelaine, du papier et des matières plastiques. Il est également possible de se spécialiser dans la sécurité ou l’écologie.

DUT, BTS, Licence Pro ou diplôme d’ingénieur : les écoles et la formation continue sont essentielles à cette profession en constante mutation. Par exemple, le secteur de la métallurgie recrute régulièrement des contrôleurs qualité formés aux dernières technologies. Dans ce domaine, le contrôle des pièces, comme la soudure d’une tôle fine, s’exerce visuellement mais aussi avec un bras 3D !

Un esprit logique, curieux et réactif pour le contrôleur qualité

C’est un fait, la maîtrise de l’outil numérique et du Pack Office (Excel, Word, PowerPoint) est aujourd’hui indispensable. Le contrôleur qualité manie aussi beaucoup les mathématiques et la géométrie. La découpe d’une tôle sur mesure par exemple exige d’être à l’aise avec les proportions.

Autonome, méthodique et exigeant, le contrôleur qualité doit pouvoir rester concentré. Il travaille sur le grain d’un papier, la texture d’une pâte, la maniabilité d’une pièce ou la vibration d’un moteur. Il doit pouvoir synthétiser plusieurs paramètres en même temps sans perdre de vue son objectif ni se disperser.

Ce métier réclame une grande curiosité pour tout ce qui relève de la logique et de la mécanique. Tenace, le contrôleur qualité doit néanmoins être doté d’un bon relationnel. L’esprit d’équipe est au cœur de sa réussite !