candidats, recrutements

Les futures pratiques de recrutement pour 2018

Explosion de l’utilisation des outils digitaux, process 100% mobiles, tracking des candidats, montée en puissance de la vidéo, managers au cœur de la boucle de RH… Les pratiques du recrutement pour 2018 vont nettement évoluer. A quoi va ressembler le visage du processus RH pour l’année prochaine ?

Des chatbots partout pour le recrutement

Tandis qu’en 2016-2017 les éditeurs d’outils RH ont déjà commencé à implémenter des bots dans leurs solutions logiciels pour accompagner leurs clients, les chatbots prendront une place de plus en plus importante dès 2018.

Et cette fois, on les retrouvera massivement au sein des job boards. Pour le CEO de la startup MyJobCompany, spécialisée en head hunting, « les chatbots seront notamment pertinents pour donner de l’information aux candidats et préciser l’état d’avancement de leurs candidatures ».

Un recrutement toujours plus mobile

Alors que le taux de connexion au web via mobile dépasse désormais celui via desktop (51% vs 49%), les RH seront massivement impactés par son utilisation. Tant est si bien que de plus en plus de recruteurs passeront au 100% mobile à partir de 2018.

Une tendance qui ne va pas seulement concerner les grandes structures puisque selon les retours d’expérience de Julien André de Vivastreet : « De plus en plus de TPE et de PME auront des processus de recrutement entièrement mobiles, depuis la publication des offres d’emploi jusqu’à la convocation des candidats en entretien, en passant par le tri des candidatures ». Une façon de coller au plus près à l’évolution des usages.

Le parcours du candidat = le parcours client

Les recruteurs considéreront dorénavant les candidats comme des clients dans le sens où leur parcours sera examiné à la loupe à l’instar d’un parcours consommateur.

Des outils tels que Hotjar permettront de mieux comprendre la navigation des candidats sur le site du recruteur, sur les annonces, sur la plateforme RH. Une baisse des coûts d’acquisition de tels outils facilitera leur utilisation de manière plus systématique. Les recruteurs pourront ainsi analyser le parcours du candidat pour adapter leur process, cibler les bons profils, promouvoir une catégorie d’offres en particulier, optimiser leurs tâches.

La vidéo

On estime qu’à partir de 2018, 80% du trafic d’un site web proviendra de la vidéo. Support star du moment, la vidéo continuera de marquer de son empreinte bien des secteurs et celui du recrutement en bénéficiera également.

Les entreprises se mettront en scène, travailleront leur image de marque, se rendront plus proches, sympathiques et accessibles grâce à la diffusion de vidéos tournées en interne. Des vidéos orientées coulisses de l’entreprises, les « off » en quelque sorte. Une excellente façon de travailler son image et d’attirer les candidats. D’ailleurs, même les grands comptes, d’ordinaire plutôt figés, s’y mettront également.

Le manager au cœur du process

Pour le CEO de Smart Recruiters, startup spécialisée dans les applications digitales en recrutement, planche sur un retour en force du manager dans le processus RH. Un manager qui travaillera en binôme avec le DRH. Une complémentarité évidente entre d’un côté un pro du RH et de l’autre un pro de la vente et du marketing en prise avec le terrain.  Une excellente manière de gagner en efficacité pour les phases de recrutement.

Facebook et Google s’invitent à la fête

Facebook et Google, forts de leur méga visibilité, voudront eux aussi prendre part au marché des RH. Déjà en 2017, Facebook avait lancé Workplace, une solution qui permet aux entreprises de publier des annonces sur leur page.

En 2018, le réseau social devrait enfoncer le clou en concevant des outils de recrutements ad hoc pour sa plateforme.

Google entendra également croquer sa part du gâteau. Il y a fort à parier que le moteur de recherche n°1 se mettent à afficher des offres d’emplois totalement personnalisées dès sa page d’accueil, dans ses fameuses vignettes. Une concurrence rude pour les grands job boards.