entreprise-flex-office

Le « Flex Office » s’impose dans les bureaux, et tout le monde est gagnant

Le flex office, ou desk sharing, est un nouveau mode de conception de l’espace de travail qui tend à s’imposer de plus en plus dans les bureaux. Plus d’un tiers des salariés de France travaillent dorénavant dans ce nouveau type de configuration. Qu’est-ce que le flex office ? En quoi les salariés comme l’employeur y trouvent satisfaction  

Avec le Flex Office, plus personne n’a de bureau attitré

Le flex office ou desk sharing revient à revoir complètement la conception de l’espace de travail au sein des bureaux, ou plutôt au sein des fameux open space. Désormais avec le flex office, plus personne ne dispose de bureau attitré. Chacun se place où il veut. Le lundi Julien peut être installé à son bureau favori à côté de la fenêtre mais le mardi c’est sa collègue Anaïs qui prend sa place.

Loin d’être une pratique marginale, le flex office tend bel et bien à s’imposer comme un nouveau mode de vivre et de travailler ensemble, puisqu’en France 36% des salariés ne disposent plus de bureau spécialement attitré.

A l’origine de cette nouvelle organisation de l’espace de travail, un constat et une nécessité du côté de l’employeur. Nombreux sont les collaborateurs absents au cours d’une journée de travail entre les rendez-vous clients, les déplacements pro, les vacances et les arrêts maladies ou maternité. Une situation qui permet dans certains cas, de plus en plus nombreux, d’installer moins de bureaux qu’il n’y a de collaborateurs. A la clé pour l’employeur évidemment, un gain économique, jusqu’à 30% de réduction des coûts de fonctionnement.

Une solution qui satisfait les salariés

En trois années à peine, le flex office a considérablement progressé, puisque les salariés dans cette situation n’étaient que 11% en 2013 contre 36% actuellement. Si cette nouvelle organisation de l’espace de travail a demandé un effort d’adaptation aux collaborateurs des entreprises, elle semble à présent emporter l’adhésion.

Pour les collaborateurs, le flex office présente l’intérêt de briser une certaine forme de hiérarchie, ou en tout cas de tendre vers un système horizontal à l’anglo-saxonne alors que nous sommes toujours dans un dispositif très vertical en France. Manager, DH, DG, DSI… Avec le flex office, les employés peuvent travailler dans le même espace que leur directeur sans que cela pose de problème.

Et pour la nouvelle génération qui va arriver sur le marché de l’emploi d’ici peu, le flex office semble même correspondre naturellement avec leur conception du travail. Une étude d’OpinionWay démontre qu’ils sont ainsi 75% à privilégier les espaces de travail partagés et près de 30% l’open space. Cette génération ne goûte d’ailleurs pas de la même manière que ses aînés à la pression hiérarchique « à la papa » et n’est pas aussi attachée aux signes extérieurs, à l’aspect matériel. Elle préfère se focaliser sur la modernité, la mobilité, la liberté. Autant d’aspects que le flex office est à même d’apporter.

Enfin, toujours selon l’enquête OpinionWay, les espaces de travail partagés sont jugés comme bon pour renforcer l’esprit d’équipe pour 74% des salariés et même de nature à développer la créativité, la convivialité et la solidarité pour 46% d’entre eux.